Non à EDVIGE ! Une piqure de rappel après le post du 14 Juillet.

Publié le par Ramboullet Autrement, Gauche Alternative

Depuis le 10 juillet l'appel a reçu 79825 signatures
dont 627 signatures d'organisations, collectifs, partis et syndicats


Alors que la période de vacances commençait à peine, le Gouvernement, sous l’égide de la Ministre de l’Intérieur, a publié au Journal Officiel un décret portant sur la mise en place d’un fichier de traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé EDVIGE (Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale). Remplaçant annoncé de feu ARDOISE, fichier lui-même retiré en avril dernier par Mme Alliot-Marie sous la pression populaire car particulièrement inquisiteur, il n’en demeure pas moins un nouvel outil de fichage policier dangereux.

Issu de la fusion des deux services liés à la sûreté nationale - Renseignements Généraux (RG) et Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE) - en une seule Direction Centrale de la Sécurité Publique (DCSP), EDVIGE, dont le décret a été rendu public à la demande de la CNIL (c’est dire !), permettra de connaître de nombreuses informations sur notre vie privée en vue d’informer le Gouvernement ou les représentants de l’Etat sur l’ensemble du territoire.

Adresses, numéros de téléphone, immatriculation des véhicules, informations fiscales ou patrimoniales, déplacements et antécédents judiciaires, données relatives à l’environnement de la personne, signes physiques ou particuliers ( ?) pourront ainsi être collectés puis consultés par la police, la gendarmerie ou le personnel de la DCSP, sans aucune traçabilité effective de la consultation ! Et ce pour tout citoyen dès l’âge de 13 ans, au titre d’une des justifications du bien-fondé de ce fichier qu’est la susceptibilité de porter atteinte à l’ordre public !

La CNIL, consultée comme il se doit sur ce type de fichier, a rendu son avis le 16 juin dernier avec de nombreuses réserves, mais toutes n’ont pas été retenues.
Comme tout citoyen soucieux de préserver sa vie privée, ses déplacements, ses affinités ou sa vie sexuelle, je dénonce ce qui s’apparente à une violation du droit au respect de la vie privée, au titre d’une présupposée menace à l’ordre public. Parceque je fais acte de militantisme, je ne peux pas accepter de me retrouver fiché à la suite d’une manifestation ou tout simplement en tant que participant à une démarche citoyenne fondamentalement citoyenne et honnête. Je dénonce ce « toujours plus » de contrôles, de mises en fiches de données personnelles, de surveillance automatique à des fins scandaleusement obscures.

Nous savons ce qu’il est advenu du Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques (FNAEG), initialement réservé aux criminels sexuels : aujourd’hui, une simple manifestation mouvementée peut engendrer une prise de sang, de même qu’un simple délit mineur ou une détention provisoire (Loi de Sécurité Intérieure, 2003).

Ne nous trompons pas, seule une mobilisation citoyenne forte fera reculer cette conception d’une société gérée comme un Etat policier, où l’individu aura perdu son droit à la différence, sa propre identité, et en fin de compte, son existence. Ainsi, je recherche des volontaires pour recueillir des signatures pour la version papier, que nous enverrons ensuite à la LDH, qui centralise.
Nous pourrions aussi organiser une soirée dans une des salles de la ville pour informer nos concitoyens.
Si vous avez des idées, des suggestions et des envies d'action, n'hésitez pas à me contacter

Sébastien Lyonnais
rambouillet_autrement@yahoo.fr


Publié dans Messages des élus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article